Communique FR

Voilà déjà cinq jours que le Campement de Résistance Active pour la Défense du Territoire, contre la MAT [Muy Alta Tensión : les lignes à Très Haute Tension] et le monde qui en a besoin s’est installé dans un bois de Fellines (Viladasens), pas très loin de Gérone. Au cours de ces quelques jours se sont réunies plus de cent personnes, provenantes aussi bien de la zone que du reste de l’État et d’en-dehors de ses frontières.

Pendant cette première semaine, nous avons voulu donner de l’importance à la connaissance du territoire, voir l’état d’avancement des travaux, et partager expériences et stratégies de lutte tout en faisant de la diffusion et de l’agitation.

Nous avons constaté pendant nos quelques balades que les travaux de construction des pylônes du tracé qui reste encore à réaliser dans la zone de Gérone (qui va de Bescanó jusqu’à Santa Llogaia d’Àlguema) avancent rapidement. Dans certains endroits, la construction des bases en béton des pylônes va très vite. Dans le cadre de ces travaux, d’autres points du tronçon sont débroussaillés et de nouveaux chemins sont ouverts ici et là

En ce qui concerne l’interconnexion des luttes, nous avons eu l’opportunité de nous retrouver avec des compagnon-ne-s venant de luttes passées comme de luttes présentes sur le territoire français. Ils et elles nous ont présenté les mouvements contre la THT et le nucléaire en Normandie, ainsi qu’une lutte actuellement en cours contre les parcs éoliens prévus en Ariège. Une autre discussion a aussi eu lieu à propos de la destruction de l’Amazonie péruvienne par des entreprises pétrolières, dont entre autres Repsol [un genre de Total espagnol]. Tout cela a conduit à des débats très intéressants autour des possibles stratégies et pratiques, à partir de la confrontation des expériences.

Les habitant-e-s des villages de la zone nous ont exprimé leur solidarité quand nous étions présent-e-s sur les marchés alentours. A celles et ceux qui disent que la MAT est déjà faite et qu’elle ne peut pas être arrêtée, nous insistons sur le fait que les seules luttes qui se perdent sont celles qui s’abandonnent.

La situation change d’un jour à l’autre. Les ouvriers travaillent tous les jours de la semaine, même si ils en sont pas toujours sur le même pylône. Il est évident que les entreprises veulent terminer le plus rapidement possible. Il est donc important que soit maintenue une participation nombreuse et prolongée pour continuer à mettre des bâtons dans les roues à cette machine destructrice, sachant que chaque jour de retard constitue un dommage économique.

Nous vous invitons à participer aux assemblées qui se tiennent chaque jour à dix-neuf heures au campement, ainsi qu’aux balades vers les zones de travaux. Nous vous invitons également à venir pour les journées prévues le vendredi 30 et le samedi 31 août. Mais au-delà, nous voulons souligner l’importance de porter la lutte contre la MAT et son monde dans chaque recoin de cette société électrifiée.

Quelques-unes des entreprises qui participent à la construction de la MAT :

  1. Red Eléctrica de España (REE)
  2. Rotella
  3. Promsa
  4. Garoc
  5. Vinci
  6. Eulen
  7. Grues Güell
  8. Estabanell
  9. Intelgir
  10. Terroca Treballs
  11. Elecnor
  12. Monfo S.L.
  13. Siemens

Nous voulons aussi mettre en lumière le sale travail qu’opère le syndicat Unió de Pagesos [le plus grand syndicat agricole en Catalogne], lequel fait pression sur les personnes vivant sur les terrains affectés pour que celles-ci acceptent les propositions d’achat, sous la menace d’expropriations sans aucun type de compensation financière, en leur faisant croire que la possibilité de continuer à lutter jusqu’au dernier moment n’existe pas.

Rien n’est fini.

Nous nous verrons entre les ombres.